warning Si vous constatez un dysfonctionnement sur le Réseau Météo français, veuillez me tenir informé. Merci d'avance ! warning

Flux RSS de meteo-paris.com


La neige en été : ouverture des cols, Tour de France & ski

La Croix de Fer (2067 m), le Tourmalet (2115 m), le Petit Saint Bernard (2188 m), l'Izoard (2360 m), le Galibier (2642 m), l'Iseran (2770 m) : les grands cols mythiques français ont été progressivement rouverts à la circulation en mai et juin.


Ouverture du Petit Saint Bernard - 31 mai 2017 - Le Dauphiné Libéré


Col du Galibier (Savoie) - 14 juin 2017 - Maurienne Photos

Les routes sont ainsi prêtes à accueillir le 104ème Tour de France cycliste qui visitera les 5 grands massifs nationaux (ce qui n'était plus arrivé depuis 1992) avec pour point d’orgue l’arrivée inédite au sommet de l'Izoard (>>).



Des routes prêtes... sauf aléas météorologique car même au coeur de l'été, il peut neiger sur les plus hauts cols routiers. Il en a notamment été ainsi lors de l'étape du 8 juillet 1996 restée célèbre, les ascensions de l'Iseran et du Galibier étant au final annulées en raison des 10 / 15 cm de neige fraîchement tombés. En 1932, l'étape entre Grenoble et Aix-les-Bains avait été maintenue malgré des chutes de neige surprenant les organisateurs et surtout les coureurs au sommet du Galibier (>>).



Les conditions météorologiques estivales sont tout autant suivies de près par les responsables des stations proposant du ski d'été sur leurs glaciers :  Val d'Isère et son glacier du Pissaillas, Tignes et le glacier de la Grande Motte, Les 2 Alpes et le glacier du même nom, l'Alpe d'Huez sur le glacier du Pic Blanc. Mais tandis que les organisateurs du Tour redoutent la neige, les amateurs de glisse l'attendent, plus encore cette année après la canicule précoce du mois de juin. Ces derniers jours du mois les ravissent avec ses fréquentes averses, son isotherme 0°C s'abaissant vers 2500 m et ses flocons.




Retour de la neige sur le glacier des 2 Alpes (3200 m, 38) - 28 juin 2017 -  Les 2 Alpes


 

Publié le 29 juin 2017 @ 07:56

Orage, vent fort, fraicheur : une fin Juin agitée

La canicule est désormais terminée sur le pays (>>). Depuis lundi, une transition orageuse s'opère en perspective du temps particulièrement humide, frais et venté qui se met en place pour le reste de la semaine. Des orages qui ont été bien moins forts et nombreux que prévus ce lundi, mais qui ont été d'un tout autre calibre lors de la journée de mardi.  Pas moins de 335 463 impacts de foudre ont été recensés à travers la métropole sur ces deux journées, dont 289 957 pour la seule journée de mardi. La moitié Sud du pays a été balayé en quasi-totalité. A leur passage, grêle, pluie abondante (parfois plus de 40mm en une heure) et vents localement tempétueux (jusqu'à 127km/h à Castres) ont été observés.



Impacts de foudre - mardi 27 juin 2017 - Lightning Maps


Ce mercredi, le risque orageux va se poursuivre sur la majeure partie du pays, la plupart du temps sous forme de petites averses. Des orages qui seront bien plus nombreux sur la façade Atlantique, où un régime de giboulées particulièrement actif et durable se met en place pour plusieurs jours. D'ici le début du week-end, les quantités de pluie envisagées pourraient atteindre les 100mm sur la côte Aquitaine.



Quantité totale des précipitations jusqu'à samedi matin - Météociel (Modèle Arpège)


Vous pouvez par ailleurs suivre l'évolution de ces pluies et orages via les images radars de précipitations (>>) et les cartes d'impacts de foudre (>>) mises à votre disposition.



Cartes Météociel


 


Ce mercredi soir, il faudra également surveiller un creusement dépressionnaire sur le golfe de Gascogne, occasionnant un très net renforcement des vents sur cette côte Aquitaine. Un fort coup de vent voire même une tempête est dès lors envisagée, puisque les rafales pourraient y dépasser les 100km.h sur le littoral Basque et Landais.



Prévision des rafales de vent ce mercredi soir - Météociel (modèle Arpège)


 


Tout ce mauvais temps contraste avec la période caniculaire des jours précédents. Un contraste saisissant puisque les températures redeviennent bien inférieures au normes de saison, avec un ressenti presque "automnal" exposé au vent. Les températures sous ces nombreuses averses pourraient parfois peiner à dépasser les 20°C au meilleur de la journée. Il faudra se rendre près de la Méditerranée pour observer des températures un peu plus élevées, tout juste supérieures à 25°C.




Températures maximales prévues du mercredi 28 juin au samedi 1er juillet


Publié le 29 juin 2017 @ 07:40

Bilan de la canicule de Juin

Une canicule précoce a sévèrement concerné la majeure partie de la France dès la mi-juin. Tout d'abord sur la moitié sud, les très fortes chaleurs se sont ensuite étendues à la quasi-totalité du pays entre le 20 et le 22 juin. La forte chaleur (>=30°C) et la très forte chaleur (>=35°C) ont respectivement concerné jusqu'à 85% et 35% de la France lors de la journée du 21 juin. Ce 21 juin, premier jour de l'été ayant été le jour le plus chaud jamais observé en France en Juin, avec une température moyenne à l'échelle du pays de 26.4°C.



Que cela soit dans la moitié Sud ou dans la moitié Nord, le thermomètre a souvent dépassé le seuil des 35°C. Sur le réseau des stations principales, les températures ont parfois affiché 38°C en Occitanie (Auch, Nîmes, Toulouse). Plus localement, la barre fatidique des 40° a même été atteinte dans l'arrière-pays Gardois lors de l'après-midi du 23 juin (40.0°C à Montclus, 39.9°C à Uzès).



Des records mensuels de chaleur ont été battus lors de cette canicule. Des records battus pour certaines villes à plusieurs reprises, que cela soit pour les températures minimales nocturnes comme pour les maximales diurnes, y compris à Paris-Montsouris où des mesures sont effectuées quotidiennement depuis 1872. Le record de douceur nocturne du 13 juin à Saint-Girons (Ariège) a égalisé le record absolu annuel (tous mois confondus) et celui du 16 juin à Salon de Provence (Bouches-du-Rhône) a battu le record annuel.







 

Publié le 29 juin 2017 @ 02:39

Prévision mensuelle : vers un temps contrasté en Juillet

Malgré une fin de mois de Juin se terminant sous la fraicheur et l'humidité, la tendance globale s'est avérée parfaitement conforme à la prévision mensuelle émise il y a quelques semaines (>>). Le risque de fortes chaleurs s'est confirmé avec une canicule particulièrement forte et précoce à partir de la mi-Juin. (>>).


Désormais, qu'en est-il pour le mois de Juillet à venir ? Les signaux émis par les divers modélisations laissent envisager un mois un peu plus frais que la norme habituelle. Des températures qui pourraient se situer sur l'ensemble du mois entre 0.5° et 1° en dessous de la moyenne espérée en temps normal.



Anomalie globale des températures - Juillet 2017 - Tropical Tidbits



Anomalie globale des températures - Juillet 2017 – NOAA


 


Au niveau des précipitations, celui-ci pourrait s'avérer également un peu plus humide que la normale en règle générale. Une mauvaise nouvelle pour les vacanciers, mais des pluies qui s'avèreront pourtant très bénéfiques face à la menace de sécheresse qui s'est accentuée au cours des dernières semaines (>>).



Anomalie globale des précipitations - Juillet 2017 - Tropical Tidbits


 



Anomalie globale des précipitations - Juillet 2017 - NOAA


 


Malgré tout, ces tendances globales à l'échelle mensuelle cache d'énormes disparités et contrastes. En effet, les prévisions sur des temps plus courts (échelle hebdomadaire) fait ressortir deux tendances opposées. La première moitié du mois de Juillet semblerait relativement fraiche et humide. La première semaine serait même abondamment pluvieuse et fraiche, dans la lignée du temps agité que nous connaissons actuellement (>>).


Progressivement, la tendance pourrait finir par s'inverser, plus particulièrement durant la seconde moitié du mois avec un temps de plus en plus sec et chaud. Il est enore difficile de préciser des conditions avec exactitude, mais le risque de canicule semblerait donc bien faible au moins jusqu'à la mi-juillet.


 



Anomalie hebdomadaire des températures (en °C) - jusqu'au 26 juillet 2017 - Tropical Tidbits


 


Bien évidemment, ces informations doivent être lues avec précautions et ne représentent que des interprétations de modèles numériques. Une prévision mensuelle ne possède qu'une fiabilité très limitée, celle-ci pouvant évoluer radicalement dans un sens comme dans l'autre au fil des jours. Pour suivre l'évolution de ces tendances saisonnières pour l'ensemble de cet été 2017, n'hésitez pas à consulter nos prévisions ainsi que les modèles numériques mis à votre disposition. >>


 


Publié le 28 juin 2017 @ 15:20

Vers un retour de la fraicheur et de l'humidité ?

Les derniers jours écoulés ont été marqués par une canicule remarquable par sa précocité et son étendue, avec de nombreux records de chaleur à la clé (>>).


Malgré une chaleur qui parvient à faire de la résistance sur l'Est du pays, un changement radical de temps devrait finir par s'opérer à partir du milieu de semaine. Fini les conditions anticycloniques, puisque un courant océanique beaucoup perturbé devrait parvenir à se mettre en place. La première conséquence majeure devrait être la chute vertigineuse des températures par rapport à ce que nous venons de connaitre. Nous pourrions alors ne plus parler du tout de chaleur sur les 3/4 du pays, avec des températures qui devraient finir par basculer sous les normes de saison !



Anomalie de la température de la masse d'air à 1500m d'altitude - période du 22 juin au 3 juillet 2017 - Tropical Tidbits


La seconde conséquence se ferait au niveau des précipitations. La transition devrait s'effectuer dès ce lundi, avec le développements de très nombreux orages lors du conflit de masse d'air. Des orages qui concerneront dès lors la quasi-totalité des régions entre lundi et mercredi. A l'arrière de ces orages, c'est un régime de giboulées au sein d'un air beaucoup plus frais qui devrait vraisemblablement se mettre en place sur l'Ouest du pays, possiblement jusqu'au week-end suivant.


Les précipitations attendues sur la France au cours de la semaine prochaine seront alors notables, parfois abondantes selon les secteurs.



Accumulation des précipitations entrevue jusqu'au vendredi 30 juin 2017 inclus - Météociel


Seule bonne nouvelle au tableau : ces pluies devraient se montrer particulièrement bénéfiques sur le plan de la sécheresse. Une sécheresse des sols qui s'est véritablement accrue ces derniers jours avec les très fortes chaleurs puisque pas moins de 121 arrêtés de restriction d'eau étaient en vigueur au 24 juin (soit une augmentation de plus de 40% en l'espace d'une semaine). Ce sont aujourd'hui 31 départements qui sont concernés par ces restrictions, soit 10 de plus qu'au 16 juin dernier.



Etats des arrêtés de limitation des usages de l'eau au 24 juin 2017 - Propluvia


N'hésitez pas à vous tenir informés de la situation à venir via nos bulletins expertisés et mis à jour quotidiennement >>> .



 

Publié le 27 juin 2017 @ 11:49

24 et 25 juin 1967 : de violentes tornades balayaient les Hauts-de-France

Il y a 50 ans, entre le 24 et le 25 juin 1967, les Hauts-de-France mais également la Belgique et les Pays-Bas étaient balayés par une série de violentes tornades. La Somme, le Nord et le Pas-de-Calais sont balayés par de multiples tornades, ravageant plusieurs communes et occasionant un lourd bilan humain (8 morts).


La commune de Pommereuil (Nord) subi l'une de ces tornades lors de la soirée du 24 juin. D'une intensité EF4 (sur une échelle de 5), elle parvient à endommager 234 des 238 habitations du village et provoque la mort de deux personnes.



Dégâts au Pommereuil après la tornade du 24 juin 1967 - photo : M.Carpentier pour le journal "La Voix du Nord"


La plus forte tornade est observée sur la commune de Palluel (Pas-de-Calais) lors de cette même soirée. D'intensité maximale (5/5), elle s'est accompagnée de vents dévastateurs potentiellement supérieurs à 300km/h. Les pertes matérielles sont importantes, et le bilan humain est catastrophique puisque six personnes décèderont sur ce seul village au passage du phénomène tourbillonaire. Cette tornade reste encore évaluée comme étant la plus virulente observée au cours du XXè siècle en France.




Dégâts à Palluel (Pas-de-Calais) après la tornade EF5 du 24 juin 1967


L'une de ces tornades passe à proximité de la station météo de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), provoquant des rafales de vent à plus de 200 km/h dans l'après-midi du 25 juin. Cet épisode tornadique qui concernera également une partie du Bénélux reste à ce jour le plus gros outbreak tornadique observé dans le courant du XXe siècle en Europe. Ce sont au total plus d'une dizaines de tornades qui se formeront au passage de violents orages sur les deux journées du 24 et 25 juin 1967, faisant un total de 15 morts (8 en France et 7 aux Pays-Bas).


Publié le 26 juin 2017 @ 10:17

Mai 2017 à nouveau extrêmement doux dans le Monde

La NOAA (institut météo américain) a mis en ligne son bilan climatologique mensuel mondial. Mai 2017 a été le 3ème plus doux sur la période couverte par l'indicateur, soit depuis 1880, après mai 2016 et mai 2015. Cette conclusion diffère légèrement de celles de la NASA et du centre européen COPERNICUS qui classaient mai 2017 en seconde position.



La carte ci-dessous expose les secteurs où les températures ont été excédentaires et ceux où il fit plus frais que la normale 1981 / 2010, notamment entre Europe et Afrique du Nord.



La carte ci-dessous décrit les écarts concernant les précipitations. 



Les principaux évènements sur la planète : 



Accédez ici au bulletin complet.


 

Publié le 25 juin 2017 @ 15:48

Pollution à l'ozone sous la canicule

La canicule (>>) a généré une pollution à l'ozone sur la majeure partie de la France. Une amélioration de la qualité de l'air est observée par l'Ouest et le Nord de la France à partir de vendredi mais les teneurs en ozone demeurent élevées vers l'Est et la vallée du Rhône.









En période de pics de pollution de l’air, le ministère chargé de la santé rappelle des recommandations sanitaires, notamment pour les populations les plus fragiles. Suivez la situation et son évolution près de chez vous sur Atmo France.



Comprendre les mécanismes et les conséquences de la pollution à l'ozone (>>).




 

Publié le 24 juin 2017 @ 15:48

Tempêtes tropicales Bret et Cindy sur l'Atlantique

La saison cyclonique a débuté très tôt sur l'Atlantique cette année avec une première tempête tropicale baptisée "Arlene" dès le mois d'avril. Depuis, deux autres tempêtes ont été nommées "Bret" et "Cindy".

Bret s'est distingué par un circulation très au Sud en longeant les côtes du Venezuela. Les îles dites de Trinité, Tobago et Margarita furent les plus impactées par de fortes pluies.


Trajectoire de la tempête Bret - 18 / 20 juin 2017 - TSR


Dégâts liés à la tempête Bret sur l'île Margarita - 20 juin 2017 - Reuters

Cindy a été baptisée le 21 juin dans le Golfe du Mexique et impacte le Sud des Etats-Unis.


Trajectoire prévue de la tempête Bret - 18 / 20 juin 2017 - TSR


MétéoMédia

Le National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a publié ses prévisions pour la saison cyclonique 2017 sur le bassin Atlantique Nord en mai. L'activité risque d'être supérieure à la normale selon une probabilité de 45% (versus 35% proche de la normale et 20% en dessous). 11 à 17 systèmes tropicaux seraient baptisés (normale : 12) dont 5 à 9 atteignant le seuil du cyclone tropical (normale : 6) dont 2 à 4 intenses ou très intenses (normale : 3).



L'absence ou la faiblesse d'El Nino, une température de surface de l'océan proche à supérieure de la normale au niveau des tropiques et en mer des Caraïbes et le cisaillement vertical du vent prévu plus faible que d'habitude seront autant de facteurs favorisant cette forte activité. La première tempête tropicale de la saison a d'ailleurs été d'ores et déjà baptisée "Arlene" dès le mois d'avril, donc bien en amont du début officiel de saison cyclonique fixé par convention au 1er juin . 



La saison 2016 avait d'ores et déjà été la plus active depuis 2012 avec 15 phénomènes baptisés dont 4 ouragans majeurs et le terrible Matthew à l'origine d'au moins 500 morts en Haïti.




 

Publié le 23 juin 2017 @ 07:19

Canicule, orages, fête de la musique & solstice d'été

Le solstice d'été 2017 s'est produit le 21 juin à 6 h 24 (heure de Paris). Il correspond au moment de l'année où les rayons du soleil touchent la Terre avec l'angle le moins incliné dans l'hémisphère Nord. 



Pour célébrer l'arrivée de l'été astronomique, la Fête de la musique se déroule en France et dans près d'une centaine de pays. Il fallait se méfier des coups de chaleur en fin de journée vu le contexte caniculaire (>>).

L'été débute donc sur le calendrier mais la définition météorologique des saisons diffère quelque peu de l'astronomie. Celles-ci voient leurs limites avancées dans le temps de façon à recouvrir exactement trois mois, ce qui facilite le calcul des données climatiques. Le printemps de l'hémisphère Nord rassemble les mois de mars, avril et mai, l'été ceux de juin, juillet et août, l'automne ceux de septembre, octobre et novembre et l'hiver ceux de décembre, janvier et février. L'été et l'hiver deviennent alors respectivement, en zone tempérée, les quarts le plus chaud et le plus froid d'un cycle annuel, compte tenu par ailleurs du retard avec lequel l'atmosphère se met à se réchauffer ou à se refroidir quand l'éclairement solaire commence à croître ou à décroître.




 

Publié le 22 juin 2017 @ 07:33
IMPORTANT : Ce site Web n'est pas la propriété ou partenaire direct de Météo France.
Les relevés présents sur le Réseau Météo Français sont issus de stations météo privées
et ne peuvent en aucun cas se substituer à la consultation des informations météorologiques d'organismes professionnels.