warning Si vous constatez un dysfonctionnement sur le Réseau Météo français, veuillez me tenir informé. Merci d'avance ! warning

Flux RSS de meteo-paris.com


Hiver : retour du froid et gelées généralisées cette semaine

Nous sommes dans la dernière ligne droite de l'hiver, et le froid n'a pas dit son dernier mot. La situation à venir à partir du milieu de semaine engendrera une nouvelle chute généralisée des températures (la France se retrouvant entre une dépression à proximité du golfe de Gênes, et un anticyclone sur le proche-Atlantique).


Un flux continental de Nord à Nord-Est va donc pouvoir se mettre en place, et cet air sec apportera beaucoup de soleil (principalement sur la moitié Nord), mais surtout de l'air de plus en plus froid.



Situation générale prévue le mercredi 21 février 2018 - ECMWF



Anomalie de température prévue - du mardi 20 au samedi 24 février 2018 - Modèle GFS / WXCharts


Avec la baisse des températures, les gelées deviendront fréquentes. Réservées en ce début de semaine aux régions de l'Est, elles se généraliseront progressivement à la quasi-totalité du pays à partir de jeudi. Seules les régions bordant la Manche et le littoral Méditerranéen pourraient partiellement y échapper. A partir de ce week-end, on pourrait descendre en-dessous de -5°C sur au nord de la Loire.



Températures minimales prévues du mercredi 21 au samedi 24 février 2018 - WetterOnline


De plus, le vent devrait se montrer sensible (souvent aux alentours des 50km/h sur la moitié Nord). Le ressenti s'avèrera alors des plus désagréables, approchant parfois les -10 en matinée.



Modélisation de la température ressentie au vent - matin du vendredi 23 février - modèle GFS / Météociel


Un air plus froid qui précèdera une vague beaucoup plus intense à partir du week-end. Bien que les scénarios soient encore volatiles et ne semblent pas assurer une fiabilité correcte, cette potentielle vague de froid pourrait persister a minima 3/4 jours sur la moitié Nord. Un temps sec, mais des températures qui plongeront, chutant localement en dessous des -10°C en début de semaine prochaine ! L'après-midi, le thermomètre peinera à grimper malgré le soleil, le dégel serait loin d'être assuré, et le vent donnera toujours un ressenti glacial (parfois sous les -15 !).



Anomalie de température prévue - du samedi 24 au mardi 27 février 2018 - Modèle GFS / WXCharts



Températures minimales prévues le dimanche 25 et lundi 26 février 2018 - WetterOnline


L'incertitude majeure concerne la moitié Sud, qui pourrait être sumise à une advection un peu plus douce, et surtout plus humide. A l'interface entre ces deux masses d'air, la neige pourrait faire son apparition en quantité, jusqu'en plaine !


Tenez vous informés régulièrement de la situation. La prévision sera mise à jour quotidiennement, en fonction des nouveaux éléments mis à notre disposition >> .


Publié le 20 février 2018 @ 13:54

Crue, neige et avalanches : les Pyrénées à risque ce mardi

Au sein d'un flux de Nord, des précipitations abondantes vont se produire sur les Pyrénées (centrales et occidentales), et se bloquer sur les massifs jusqu'à mercredi matin. Les cumuls pourraient dépasser les 100mm en 48 heures, tombant sur des sols déjà parfois bien saturés, et laissant craindre une réaction de multiples cours d'eau.


Le Gave d'Oloron et le tronçon des Gaves réunis sont alors placés en vigicrue de niveau orange. Le pic est attendu mardi après-midi sur le gave d'Oloron, et dans la nuit de mardi à mercredi sur les Gaves réunis (plus d'informations sur le site de Vigicrues >>).



Quantité de pluie attendue sur 48 heures - entre lundi 13h et mercredi 13h - Modèle Arpège / Météociel


En altitude, la neige devrait tomber de manière notable, et sans discontinuer durant ces 48 heures. La limite pluie-neige se situera autour de 1500m, et les quantités attendues pourraient dépasser un mètre au dessus de 2000m ! En raison de ces chutes de neige importantes, l'activité avalancheuse deviendra alors très forte (niveau 4/5, voire 5/5 sur les massifs Aspe-Ossau, Haute-Bigorre et Aure-Louron), menaçant certaines infrastructures en station de ski.



Quantité de neige attendue sur 72 heures - du lundi 19 et mercredi 21 février inclus - MétéoExploration


En raison de ce risque de crue et d'avalanches, une vigilance institutionnelle a été émise pour les départements Pyrénéens ainsi que pour les Landes.




 

Publié le 19 février 2018 @ 17:02

Une banquise mondiale au plus bas en Janvier



Le bilan du mois de Janvier 2018 en terme de banquise mondiale, et notamment du côté de l'Arctique s'avère particulièrement catastrophique.


Un début d'année record puisque la superficie des glaces de l'océan Arctique (partie de l'océan composée d'au moins 15% de glace) s'élevait en moyenne à 13.06 millions de km2 en ce mois de Janvier 2018. Un niveau qui se situe environ 10% en dessous de la moyenne observée lors de la période 1981-2010 (déficit de 1.36 million). Mais c'est surtout 110 000 kilomètres carrés en deçà du précédent record mesuré lors du mois de Janvier 2017 !



Etendue de la banquise de l'océan Arctique (partie de l'océan glacée à 15%) en millions de km2 - NSIDC




La tendance observée au cours des mois précédents s'est donc poursuivie en ce début 2018. En comparaison de Janvier 2017, à la fin du mois, la glace était moins étendue dans la partie occidentale de la mer de Béring, dans la mer d'Okhotsk et au nord du Svalbard. A l'inverse, cette glace était plus étendue dans la partie orientale de la mer de Béring et dans le golfe du Saint-Laurent.


La croissance de la glace en janvier était en moyenne de 37 000 kilomètres carrés par jour, ce qui est proche du taux moyen de 42 700 kilomètres carrés. Dans la mer de Barents, l'étendue des glaces était la deuxième plus faible depuis le début des données satellitaires (1979).



Répartition des glaces de l'océan Arctique en janvier 2018 et rapport à la moyenne 1981-2010 - NSIDC




Ce niveau anormalement bas s'explique notamment par une température atmosphérique bien trop élevée. La température de l'air au niveau 925hPa (soit 700m d'altitude) était en moyenne 3°C au dessus de la moyenne au dessus de l'océan Arctique. Une anomalie qui a même atteint +9°C autour des mers de Kara et de Barents, là où la banquise montre une étendue quasi-record. En revanche, les températures coté Sibérie étaient inférieures de 4°C à la normale.



Anomalie de température de l'air à 700m d'altitude au dessus de l'Arctique en janvier 2018  - NSIDC




Une situation qui ne cesse de se dégrader d'année en année. Le taux de déclin des glaces en janvier est de 47 700 kilomètres carrés par an, soit un recul de 3.3% par décennie.



Etendue moyenne des glaces de l'Arctique en Janvier (en millions de km2) - période 1979-2018 - NSIDC




Malheureusement, la situation n'est guère plus réjouissante dans l'hémisphère Sud. Après le 11 janvier, les glaces de l'océan Antarctique ont commencé à se retrouver à un niveau particulièrement bas. L'étendue de ces glaces de l'océan Antarctique était alors la 2e plus faible jamais observée depuis le début des observations satellitaires il y a 40 ans, juste derrière le record de... 2017.


Une situation plutôt déroutante, lorsque l'on sait que la température moyenne observée au dessus de l'océan était autour de la moyenne, voire plus fraiche que les normes (période 1981-2010) lors de ce mois de Janvier !


En cumulé, l'étendue des glaces de l'océan Arctique et Antarctique atteint 16.1 millions de km2 en cette mi-février. Jamais une étendue aussi faible n'avait été mesurée à l'échelle mondiale sur ces 40 dernières années !



Etendue de la banquise mondiale en millions de km2 (océan Arctique + Antarctique) - Wipneus


Publié le 18 février 2018 @ 13:19

Vacances d'hiver : enneigement en montagne au 16 février

Les vacances d'hiver débutent en cette mi-février pour les académies de la zone C (Ile-de-France, Occitanie) et se poursuivent pour celles de la zone A (régions Nouvelle-Aquitaine, Bourgogne-Franche-Comté, et Auvergne-Rhône-Alpes). Petit tour sur nos massifs pour effectuer un bilan de l'enneigement au 16 février, qui s'avère toujours excellent sur tous les massifs sans exception, voire exceptionnel dans les Alpes du Nord aux plus hautes altitudes .


 


ALPES DU NORD :


Les chutes de neige et le froid de la semaine écoulée a permi d'épaissir la couche existante à tous les niveaux. Une couche toujours aussi exceptionnelle, dûe aux quantités impressionnantes tombées en majeure partie lors du mois de janvier (records d'enneigement à la fin Janvier sur certains massifs).


Les quantités atteignent des niveaux remarquables, aux plus hautes altitudes, dépassant souvent les 3m au dessus de 2500m. Sur le massif du Beaufortain, la couche observée approche même les 4m50 en versant Nord à 2500m, au niveau des records !




Enneigement en station de Valfréjus - Punta Bagna (Savoie - 2737m) - 16 février 2018 - Skaping


 


ALPES DU SUD :


L'enneigement dans les Alpes du Sud est également remarquable en cette mi-février, bien que moindre par rapport au Nord de la chaîne. Seul le Mercantour observe des quantités un peu plus conformes aux normes de saison. Les précipitations ont été très limitées au cours de la semaine écoulée, et le tassement a provoqué une très légère baisse de l'enneigement par rapport au week-end dernier (environ 10 à 20cm à 1500 et 2000m).


A 2500m, l'enneigement devient largement excédentaire sur le Thabor, le Pelvoux et le Champsaur avec 2m20 à 2m30 en versant Nord. Hormis sur le Marcantour en léger retrait, l'enneigement est compris en moyenne entre 1m80 et 1m90 sur la plupart des autres massifs.



Enneigement au col du Lautaret (Hautes-Alpes - 2058m) - 16 février 2018 - Skaping


 


PYRENEES :


Les précipitations ont été très importantes cette semaine sur les Pyrénées, notamment lors de la journée de mercredi. Des précipitations sous forme liquide grâce à un redoux vers 1500m, mais uniquement sous forme neigeuse au delà de 2000m, avec un apport notable par rapport au week-end dernier (parfois plus de 50cm).


Grâce à ces fortes chutes de neige, l'épaisseur dépasse les 3m voire 3m50 en Haute-Ariège et en Haute-Garonne vers 2500m d'altitude.  Malgré des épaisseurs moindres sur la partie orientale, on observe tout de même une couche supérieure à 1m50 sur les pentes Nord du Canigou.




Enneigement au col du Tourmalet (Hautes-Pyrénées - 2115m) - 16 février 2018 - Skaping


 


JURA / VOSGES / MASSIF-CENTRAL / CORSE :


Pour l'ensemble des autres massifs, la tendance depuis le week-end dernier est à un léger tassement du manteau neigeux, les quelques chutes de neige de la semaine étant restées limitées. Aux altitudes basses et sur les bas de domaine, l'enneigement reste limité. Mais il devient rapidement correct voire excellent aux altitudes les plus hautes, dépassant allègrement le mètre entre 1200 et 1300m d'altitude sur les versants orientés Nord du Jura, des Voges et du Massif-Central. Du côté de la Corse, cette couche atteint 1m50 à 1500m d'altitude, voire plus de 2m au dessus de 2000m sur le massif du Monte Cinto et du Monte Rotondo.




Enneigement au Monthoisey - Monts du Jura (Ain - 1680m) - 14 février 2018 - Skaping


Publié le 16 février 2018 @ 20:10

Une première décade de février sous le froid et la neige

Alors que le mois de janvier a été le plus doux depuis plus d'un siècle en France (>>), ce début Février a été d'un tout autre acabit. De l'air beaucoup plus froid en provenance des régions Arctiques a envahi l'ensemble du pays, persistant durant l'ensemble de cette première décade. Avec une température moyenne de 3.2°C, cette décade se place au 12e rang des plus froides depuis 1947 (anomalie de -2.0°C°). Des niveaux néanmoins bien moins froids que lors de l'importante vague de froid de février 2012.




Carte et graphique Météo-France / Gaétan Heymes


Le phénomène le plus marquant de cette décade aura été la neige. Lors de la journée du 6 février, un épisode neigeux important a notamment paralysé l'ensemble du bassin Parisien, avec plus d'une quizaine de centimètres (localement 25 cm sur l'Est de l'Ile-de-France, ainsi que sur l'Eure-et-Loir). Des records de bouchons ont été battus en Ile-de-France, avec 716km de ralentissements cumulés au plus fort des évènements.


La nationale 118 a été totalement paralysée et fermée. Des centaines d'automobilistes ont du alors passer la nuit au sein de leur véhicule, où se réfuger dans des hébergements d'urgence ouverts exceptionnellement dans les communes voisines.



Neige à Blois au matin du 7 février 2018 - Jean-Claude Raoul pour La Nouvelle République



Fortes accumulations de neige à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir) - 7 février 2018 via Météo-Paris



La Tour Eiffel et le Trocadéro sous la neige - 7 février 2018 via Météo-Paris


Une situation qui a provoqué quelques scènes cocasses, certains skieurs ayant pu sortir leur matériel sur les pentes de Montmartre à Paris !


 


#Ski de piste ce matin sur les pentes de #Montmartre à #Paris (#IDF, #neige, #ParisSousLaNeige) - Basile Ducournau : https://t.co/a8lxztK4lJ pic.twitter.com/jCCqwmwPZi

— Météo Villes (@Meteovilles) 7 février 2018


Des nuits très froides ont été observées, provoquées par rayonnement nocturne (sols enneigés et ciel dégagé). Les gelées ont été quasi-généralisées, voire fortement négatives à partir du 8 février, atteignant par endroit -12 à -14°C dans les campagnes d'Ile-de-France, de Picardie ainsi que du Val de Loire.



Retour sur l'épisode neigeux du 9 février vu par les médias locaux en :
- Normandie (>>, >>, >>),
- Ile de France (>>).

L'épisode neigeux du 5 au 8 février vu par les médias locaux en :
- Hauts de France (>>, >>, >>),
- Normandie (>>, >>, >>, >>, >>, >>),
- Bretagne (>>, >>, >>, >>, >>),
- Pays de la Loire (>>, >>, >>, >>, >>, >>, >>, >>, >>, >>, >>),
- Centre Val de Loire (>>, >>, >>, >>, >>, >>, >>),
- Nouvelle Aquitaine (>>, >>, >>, >>, >>),
- Occitanie (>>, >>, >>, >>, >>, >>, >>),
- Auvergne Rhône Alpes (>>),
- Bourgogne Franche Comté (>>, >>, >>, >>, >>, >>),
- Grand Est (>>, >>),
- Ile de France (>>).



 

Publié le 15 février 2018 @ 12:47

Nouveau risque de neige en plaine ce mardi

Après avoir touché la moitié Ouest en matinée (en-dehors de la façade Atlantique), la neige continue son chemin vers l'Est, évitant le quart Nord-est.



Neige dans l'Orne, mardi 13 février 2018 - photo instragram rtphotographies



Neige en Vendée (La Guiltiere), mardi 13 février 2018 - photo instragram pokyyy


Simulation des précipitations pluvieuses et neigeuses pour mardi 13 février 2018 - Modèle Arome via Météociel



Couche de neige attendue dans la journée de mardi 13 février 2018 (à minuit) - Modèle Arome via Météociel






Evolution de précipitations en temps réel : pluie en vert, neige en rouge ainsi que les observations des stations météo.





Publié le 14 février 2018 @ 06:33

Copernicus : Janvier 2018 au 4e rang des plus doux dans le monde



D'après le programme européen de surveillance de la Terre Copernicus, Janvier 2018 s'est avéré être le 4e mois de Janvier le plus doux à l'échelle mondiale, avec une anomalie de +0.4°C par rapport à la moyenne 1981 / 2010. Un podium qui est notamment trusté par les mois de Janvier 2016 (+0.70°C) et 2017, (+0.55°C) consécutivement aux premières et secondes places.


Les plus forts excédents ont été observés principalement sur les régions Arctiques, l'Ouest des Etats-Unis, une partie du Moyen-Orient, mais également en Europe. En France, ce mois de Janvier est d'ailleurs devenu le plus doux depuis 1900 ! (>>).


Les régions du globe où ces températures ont été plus fraiches que la norme sont un peu plus rares. On les retrouve notamment en Antarctique, sur l'Est des Etats-Unis, l'Ouest de l'Australie Occidentale, en Asie Centrale ou encore sur l'Est du continent Africain. Le phénomène La Niña n'est pas étranger quant à la présence d'une anomalie froide sur l'Est de l'océan Pacifique Equatorial.



Ecart des températures par rapport à la normale (1981/2010) en Janvier 2018



 


La température moyenne sur 12 mois glissants de février 2017 à janvier 2018 dépasse la moyenne 1981 / 2010 de +0,52°C. Un niveau très élevé mais légèrement inférieur par rapport à la période s'étalant d'octobre 2015 à septembre 2016 qui reste à l'heure actuelle la plus extrême observée par ce programme (+0.64°C).


L'année 2016 s’était avérée à elle seule l'année la plus chaude à l'échelle mondiale depuis le début des observations satellitaires, avec une température globale de 0.62°C au dessus de la moyenne observée sur la période 1981-2010, suivie de très près par l'année 2017 (+0,53°C, >>).



Evolution de l'écart à la normale de la température mondiale sur 12 mois glissants depuis 1980



 


 

Publié le 13 février 2018 @ 16:52

La neige à Paris et en Ile de France : toute une histoire

L'épisode froid et neigeux de ce début février concerne Paris et l'Ile de France de manière remarquable. Après les 2 épisodes de neige des 5 / 7 et 9 février, la vigilance reste à l'orange durant la nuit du vendredi 9 au samedi 10 où le regel devrait former du verglas (>>). Le Plan Grand Froid (>>) est maintenu pour venir en aide aux personnes en situation de grande précarité. Suivez la situation sur Météo-Paris.

Les nuits précédentes avaient d'ores et déjà été glaciales sur l'Ile de France et les régions limitrophes.



Des chutes de neige avaient débuté lundi 5 février (>>).


Neige à Versailles - 5 février 2018 - Didier Saulnier pour France 3

C'est en fin du journée du mardi 6 que la neige s'est généralisée, abondante et suffisamment froide pour tenir sur l'ensemble des surfaces. La circulation a été très perturbée avec jusqu'à 740 km de bouchon autour de la capitale et 2000 automobilistes bloqués (>>, >>, >>, >>, >>).



78 Actu

Les touristes et les badauds appréciaient davantage le spectacle (>>, >>, >>) et certains ont même sorti les ski (>>).  Mercredi 7 en début de matinée, on relevait 12 cm à Melun et au Parc Montsouris (autant qu'en décembre 2010), 13 cm à Roissy, 15 cm à Orly, davantage et localement plus de 20 cm en secteurs moins urbanisés.


Neige à Paris - 6 février 2018 en soirée - VMV

De très fortes gelées ont été observées jeudi 8 en début de matinée en dehors de Paris avec jusqu'à -12 / -14°C sur les secteurs les plus froids du Val d'Oise et des Yvelines.


Lever de soleil sur Paris enneigé et gelé - 8 février 2018 - Jean Hueges


Etendue neigeuse vu par satellite le 8 février 2018 en mi-journée - NASA

Il est de nouveau tombé 2 à 5 cm de neige vendredi 9, localement plus vers les plateaux (>>).


Basilique du Sacré Coeur sous la neige à Montmartre (75) - 9 février 2018 - Photodrue


Arche de la Défense sous la neige (75) - 9 février 2018 - Candice Valmalette

Les hauteurs de neige sont mesurées continument et avec suffisamment de méthode depuis l'après-guerre au Parc Montsouris. La plus forte épaisseur date du début mars 1946 avec 40 cm (>>, >>). Il s'agirait de la plus forte chute observée depuis les 60 cm de 1709 si l'on se réfère aux écrits de Cornelius Easton en 1928 (>>) et de Aimé-Henri Paulian en 1761 (>>).

 
Début mars 1946 à Paris - Notre chronique (>>)

On mesura 20 cm le 11 janvier 1966, 14 cm le 16 janvier 1987 (liste non exhaustive) puis la neige s'est faite plus rare dans un contexte de réchauffement climatique global et surtout d'urbanisation formant un îlot de chaleur sur le bassin parisien. Néanmoins, cette dernière se rappelle à notre bon souvenir épisodiquement et ne manque pas de semer le trouble, le phénomène se révélant sans doute désormais trop rare pour être bien appréhendé par les pouvoirs publics. Le 8 décembre 2010 et ses 12 cm au Parc Montsouris restera l'une des pires journées en termes de déplacement sur l'Ile de France (>>).  


Péage de Saint Arnoult en Yvelines - 8 décembre 2010 - Mal Langsdon pour REUTERS via L'EXPRESS



 

Publié le 11 février 2018 @ 14:37

Crues et graves inondations fin janvier et début février

Les mois de décembre et janvier ont été exceptionnellement pluvieux sur la majeure partie du pays à l'exception de la Bretagne, des Pays de Loire et de larges secteurs méditerranéens. Les records 1981 / 1982 et 1993 / 1994 sur la même période ont parfois été battus, sur l'Est de la France notamment.





La plupart des cours d'eau ont connu des crues formant de graves inondations. Malgré des précipitations plus faibles et plus espacées en ce début février, ces débordements ont subsisté jusqu'au 6 février sur la Marne et les Boucles de Seine, désormais repassées en vigicrue jaune (>>).




Un pic de crue de la Seine a été atteint lundi 29 janvier à Paris avec 5,86 m au Pont d'Austerlitz, soit une hauteur légèrement en deçà de juin 2016 (>>, >>, >>, >>). Des tronçons du RER C, des voies de circulation automobile et des établissements demeurent fermés depuis (>>).



Illustration de la crue de la Seine à Paris du 23 janvier au 2 février 2018 - Eric Metzger


Square du Vert-Galant inondé à Paris - 24 janvier 2018 - Guillaume Séchet pour Météo-Paris



Ce pic de crue s'est déplacé en aval de Paris fin janvier (>>, >>).


Inondations à Poissy (78) - 30 janvier 2018

Une importante et durable crue de la Marne avait initialement inondé plusieurs communes et nécessité des évacuations (>>, >>, >>, >>). Plus généralement, d'autres cours d'eau ont débordé en Ile de France, par exemple l'Yerres dans l'Essonne (>>).



Crue de la Marne à Condé-Sainte-Libiaire (77) - 24 janvier 2018 - Le Parisien

Les inondations ont gagné en Normandie où l'effet de forts coefficients de marée en Manche s'est ajouté à la crue (>>, >>, >>, >>, >>, >>).





Sur le Centre-Est, les crues de la Loue, du Salon, du Doubs puis de la Saône ont provoqué des inondations du 22 au 30 janvier (>>, >>, >>, >>).





Plusieurs secteurs de Nouvelle Aquitaine (>>) et du Grand Est (>>, >>, >>, >>, >>) ont également subi des inondations du 22 au 24 janvier. Le corps d'une femme a été repêché dans la Bruche près de Molsheim (67) mardi 23, décédée après sa chute à l'eau (>>).




Crue de la Dordogne à La Roque-Gageac - 22 janvier 2018 - Tressy pour Météo-Villes


 

Publié le 06 février 2018 @ 17:18

Janvier 2018 : le plus doux depuis plus d'un siècle en France

Ce premier mois de l'année 2018 s'est montré exceptionnellement doux, sur la totalité du pays sans exception. Le bilan est alors clair : avec une anomalie de +3.4°C (par rapport à la normale 1981-2010), Janvier 2018 est devenu le mois de Janvier le plus chaud depuis le début des mesures météorologques en France, soit depuis plus d'un siècle !


Il bat les records détenus jusqu'alors coinjointement par Janvier 2014, 1988 et 1936 (+2.7°C). Avec une température moyenne nationale de 8.0°C, nous nous situons dans certaines localités au niveau des valeurs normales pour ... un mois de mars. Des températures exceptionnellement douces principalement dans l'Est et le Nord-Est du pays, avec des anomalies mensuelles dépassant parfois les +5°C (exemple du côté de Lons-le-Saunier).




Avec des températures aussi élevées, le ressenti a été parfois tout sauf hivernal. Ce mois de janvier 2018 établit une faiblesse record du nombre de jours avec gelée sous abri sur de nombreuses stations météo. Sur certaines stations (hors pourtour méditerranéen), il n'a alors pas gelé sur l'ensemble du mois, du jamais vu ! Voir notre article correspondant >>



Du côté des précipitations, ce mois s'est montré tout aussi remarquable, puisqu'il s'agit du mois de Janvier le plus pluvieux depuis le record de 1988 ! En moyenne, la pluviométrie a été excédentaire de 80 % sur l'ensemble de la métropole.  Paris a appoché son record mensuel avec 117mm sur l'ensemble du mois (record de 122mm en 1936). Ce qui n'est pas le cas de nombreuses autres postes ayant parfois explosés leur record ! Des pluies qui ont provoqué des inonations généralisées, toujours en cours en ce début février (>>).


Des pluies qui ont également concerné une partie du pourtour méditerranéen, et notamment le Languedoc, qui était jusqu'alors soumise à une sécheresse record. Sur l'ensemble de ce mois, il est tombé parfois plus de la motié du cumul annuel de 2017 ! (202mm à Montpellier en janvier, contre 340mm sur la totalité de l'année 2017).


Seule la Corse est restée en retrait de ces pluies, avec un déficit supérieur à 50% sur la Balagne et la façade orientale de l'île.



Et qui dit pluies fréquentes, dit absence de soleil. Hormis près de la Méditerranée, des Pyrénées ainsi que sur le Finistère proches de la normale, le déficit d'ensoleillement s'est avéré important sur la majorité des régions. Un déficit qui est même compris entre 50 et 60% sur une bande s'étendant du Périgord aux frontières du Nord-Est, en passant par le bassin Parisien. Des records de faible ensoleillement ont été battus lors de ce mois : seulement 18h cumulés de soleil à Rouen (-69%), 25h à Blois (-61%), 31h à Albi (-66%) ou encore 35h à Bordeaux (-64%).



Source des cartes : Etienne Kapikian / Météo-France


Publié le 06 février 2018 @ 07:10
IMPORTANT : Ce site Web n'est pas la propriété ou partenaire direct de Météo France.
Les relevés présents sur le Réseau Météo Français sont issus de stations météo privées
et ne peuvent en aucun cas se substituer à la consultation des informations météorologiques d'organismes professionnels.