warning Si vous constatez un dysfonctionnement sur le Réseau Météo français, veuillez me tenir informé. Merci d'avance ! warning

Flux RSS de meteo-paris.com


Les gelées font à nouveau des dégâts

Cette deuxième quinzaine d'avril est marquée par de fréquentes gelées occasionnant des dégâts sur les cultures et la végétation très avancées suite aux excès de douceur des semaines précédentes. La nuit du mardi 25 au mercredi 26 a été particulièrement gélive du Val de Loire à la Normandie notamment (>>, >>), celle du 26 au 27 sur les mêmes secteurs (>>) mais aussi jusqu'en Aquitaine (>>). Tout est mis en oeuvre pour tenter de protéger les vignobles (>>).




I Prévisions

Le risque de gel reste d'actualité durant la nuit de vendredi à samedi sur une grande partie de la France au gré des éclaircies nocturnes. On ne parlera plus de gelée en plaine dimanche matin. 






II Observations

Il a gelé sur 29% de la France jeudi 27 avril, 23% vendredi 28. Les plus fortes gelées ont été observées de la Normandie aux Ardennes sur la période (-4,1°C à Chaleville Mézières, -3,4°C à Evreux) mais des valeurs particulièrement basses pour une fin avril ont été observées jusqu'en Aquitaine (-2,5°C à Bergerac).






Fleur givrée à Avesnelles (Nord) - 26 avril 2017 - Guillaume Louys Jupiter - Météo Lille



 

Publié le 29 avril 2017 @ 09:41

Avril 2017 : vers l'un des mois les plus sec depuis 60 ans



Le mois d'Avril arrivant à son terme, il est désormais possible d'y voir clair pour effectuer un pré-bilan mensuel.


Au niveau des températures, le contraste est relativement important. La fraicheur de rigueur sur cette dernière décade, s'accompagnant de gelées matinales (>>) et de neige en montagne (>>) aurait presque fait oublier une première quinzaine particulièrement estivale sur l'ensemble du pays avec des températures dépassant à plusieurs reprises les 25°C, records à la clé (>>).


Avec une première quinzaine présentant une anomalie à l'échelle nationale de +2.3°C, cette seconde devrait finalement se retrouver sous les normes d'environ -1.8°C (une anomalie négative sur une quinzaine n'avait pas été observée depuis janvier). L'anomalie globale sur l'ensemble de ce mois devrait donc tout de même parvenir à être légèrement positive, aux alentours de +0.5°C.



Evolution des températures et anomalie des 30 derniers jours à Orléans et Agen - NOAA/CPC


 


Du côté des précipitations, ce mois d'Avril devrait se montrer particulièrement déficitaires. La perturbation ayant apporté des cumuls quelques peu bénéfiques ce mardi 25 du Sud-Ouest au Centre-Est (parfois plus de 30/40mm en 24h) restera le seul apport notable en précipitations sur l'ensemble du mois. Insuffisant pour contredire la tendance globale, notamment sur la moitié Nord étant passé totalement au travers de ces pluies les plus notables (déficit record de plus de 80% !).


Sur l'ensemble du mois, la moyenne nationale devrait s'établir sur un déficit particulièrement marqué de près de 70%, faisant de ce mois d' Avril le plus sec depuis près de 60 ans, équivalent aux mois records d'Avril 1982, 1984 et plus récemment 2011. Un déficit pluviométrique qui fait déjà ressortir une menace de sécheresse, principalement sur les régions de l'Ouest du pays, déjà soumis à des arrêtés de limitation d'usage de l'eau.


 


La présence des hautes pressions sur notre pays, responsable de cette absence de pluie mais également de cette douceur remarquable en début de mois, se constate de manière équivalente au niveau de l'ensoleillement global. D'une manière générale, le soleil a été omniprésent lors des deux premières décades du mois, avec plusieurs journées sous un ciel totalement vierge de nuages.


De ce fait, l'ensoleillement mensuel devrait être largement excédentaire en ce mois d'Avril, dépassant +50% sur la moitié Ouest du pays. Un ensoleillement peu ou prou identique à celui d'Avril 2011, mais nous devrions rester bien en deçà des niveaux observés lors du mois record d'Avril 1997.




Image satellite du 8 avril 2017 - Satellite Aqua / Modis


Publié le 29 avril 2017 @ 09:41

Neige abondante en montagne & giboulées jusqu'en plaine

De l'air très froid a déboulé en altitude en cette dernière semaine d'avril, jusqu'à -35 / -37°C vers 5300 mètres. 


Modellzentrale


1- Neige abondante en montagne...

L'ensemble des massifs montagneux ont renoué avec la neige. C'est vers les massifs intérieurs des Alpes que les chutes furent les plus serrées dès le mercredi 26 avril, plus encore vers les Ecrins avec 10 cm à Briançon (05 - 1300 m) et 50 cm au refuge du Châtelleret (38 - 2250 m).


50 cm de neige au refuge du Châtelleret (38 - 2250 m) - 26 avril 2017

Il est tombé 20 / 30 cm dès 900 / 1200 m le long deds Préalpes du Nord durant la nuit du jeudi 27 au vendredi 28.


Chalet du Passe Montagne vers 950 m près de Morzine (74) - 28 avril 2017



Nivoses Météo-France

Suivez notre webcam et les données de notre station météo à 1800 m à Chamrousse (>>).




2- Neige roulée jusqu'en plaine sous les giboulées...

Les fréquentes giboulées observées sur le Nord de la France sont souvent tombées sous forme de grêle ou grésil mais aussi sous forme de neige roulée jusqu'en plaine, y compris en Ile-de-France (sur les plateaux des Yvelines notamment).


Giboulée de neige à Briouze (Orne) - 26 avril 2017 - Météo Basse Normandie


Giboulée de neige à Paris - 26 avril 2017 - Bertrand Kulik

Grêle et grésil ont parfois recouvert les sols et les chaussées (>>, >>, >>) jusqu'à provoquer des accidents de la route (>>).


Grésil à Argentan (Orne) - 26 avril 2017 - Ouest France

Des tubas ont localement été observés au passage des giboulées sur les Hauts de France, voire peut-être une tornade au vu de cette photo prise à Calais durant la soirée du mardi 25 (>>).


Tourbillon à Calais - 25 avril 2017 - Nord Littoral

Suivez les images des satellites (>>), les radars de pluie (>>) et les radars de foudre (>>) en temps réel sur Météo-Villes, ainsi que les températures sous abri mais aussi le ressenti au vent (>>).




 

Publié le 28 avril 2017 @ 15:13

Un muguet précoce mais mouillé le 1er mai

Emblème incontournable du 1er Mai, le muguet est censé annoncer le retour des beaux jours et s’offre comme un porte-bonheur. La tradition raconte que l’on peut entendre la douce musique de ces blancs grelots dans nos forêts et nos sous-bois.
La douceur du mois de mars a, de manière générale, provoqué une floraison précoce, dès la seconde semaine d'avril : un casse-tête pour les maraîchers. Les tiges récoltées ont été plongées dans l’eau dans une chambre froide à 5°C afin de les conserver jusqu'au jour J. Malgré cet imprévu, la qualité du millésime 2017 s’annonce "excellente avec une bonne longueur de tige, des clochettes bien blanches et une très bonne odeur".


Wikipédia

Mais vous profiterez davantage de cette bonne odeur à l'abri, chez vous, plutôt qu'en plein air. Ce 1er mai 2017 s'annonce en effet très perturbé. L'amélioration attendue samedi 29 ne serait en effet que provisoire. Les pluies parfois orageuses précédées par le vent du Sud progresseraient rapidement dimanche et lundi serait à nouveau plus frais, fréquemment arrosé et même de nouveau enneigé en montagne au-dessus de 1500 / 1700 m.



On peut voir le bon côté des choses : ces pluies a priori assez abondantes sont les bienvenues en ces temps de déficits pluviométriques et sécheresse naissante. Reste que beaucoup aurait sans doute préféré les voir tomber un autre jour. Notre bulletin national affinera la prévision.


 

Publié le 27 avril 2017 @ 18:30

Enneigement proche de la normale sur l'Hémisphère Nord

L'enneigement de l'hémisphère Nord (40 millions de km²) a été conforme à la normale 1981 / 2010 en mars. Comme c'est généralement le cas au cours de ces dernières années, la surface enneigée s'était remarquablement réduite l'été dernier mais l'automne avait été au contraire précocement neigeux.



Au 24 avril, l'enneigement semble de nouveau excédentaire au niveau global, ni en Europe, ni aux Etats-Unis mais davantage en Russie et au Canada. 



Ces analyses sont des estimations effectuées via les données satellitaires par le Global Snow Lab de l'Université de Rutgers (New Jersey). 




 

Publié le 27 avril 2017 @ 09:00

Premier bulletin annuel sur les poussières atmosphériques

L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) vient de publier son premier bulletin annuel sur les poussières atmosphériques visant à donner un aperçu des concentrations de ces poussières en 2016 et de leur répartition géographique (en anglais, >>). Ce rapport s'inscrit dans le cadre de l'action menée pour améliorer les observations et les avis de tempêtes de sable et de poussière, ces dernières représentant une sérieuse menace pour l'environnement, la santé humaine et l'économie dans les régions arides et semi-arides.

En moyenne mondiale, l'épaisseur optique des aérosols (qui sert à mesurer la concentration de poussière dans l'atmosphère) semblait analogue en 2016 à ce qu'elle était les années précédentes (les observations systématiques et les capacités de modélisation étaient néanmoins limitées en début de période).







Les vastes régions arides et semi-arides du nord de la Chine et de la Mongolie (qui s'étendent du Taklamakan au désert de Gobi) sont d'importantes sources d'émission de poussière. Une violente tempête de poussière a frappé la région les 10 et 11 mai 2016 lorsqu'un front froid associé à de basses pressions a balayé la région d'ouest en est. Elle avait été annoncée par l'administration météorologique chinoise. En juillet 2016, une violente tempête de poussière a frappé le Sistan-et-Balouchistan, province iranienne située au sud-est du pays, à la frontière avec le Pakistan et l'Afghanistan. L'assèchement progressif des terres humides imputable au changement climatique, combiné à une sécheresse prolongée et à la surexploitation des ressources en eau de part et d'autre de la frontière, a fait de cette province iranienne l'une des régions les plus poussiéreuses de la planète.



Un système d'alerte, d'avis et d'évaluation concernant les tempêtes de sable et de poussière aide les pays à diffuser, 72 heures à l'avance, des informations, des observations et des prévisions en accès libre et gratuit pour l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Europe, l'Asie et l'Amérique




 

Publié le 27 avril 2017 @ 09:00

Bulletin de niveaux des nappes phréatiques en avril

Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (établissement public de référence en France) a publié son bulletin de situation des nappes phréatiques de ce mois d'avril.

Seuls 46% des nappes affichent un niveau moyen ou plus haut que la moyenne. La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit, en fin de période de recharge hivernale, une phase de bascule tardive qui s’accélère néanmoins. Le phénomène est lent mais désormais assez marqué avec les deux tiers (66%) des points orientés à la hausse (bulletin complet).



Le bon niveau des nappes phréatiques avait quelque peu limité l'impact de la sécheresse de surface observée en fin d'été et durant l'automne dernier. La dégradation constatée depuis laisse craindre des complications durant la prochaine saison chaude s'il ne devait pas pleuvoir suffisamment d'ici là.


 

Publié le 26 avril 2017 @ 06:35

Fraicheur et giboulées confirment leur retour dès mardi



La pulsion chaude sur la moitié Sud en cette fin de semaine ne s'annonce qu'éphémère. En effet, le retour d'une masse d'air plus froide (annoncé il y a quelques jours >>) se confirme et devrait envahir progressivement notre pays dès ce mardi.




Anomalie de température à 1500m d'altitude - du dimanche 23 au vendredi 28 avril 2017 - Tropical Tidbits


 


La chute des températures s'annonce sensible. Fini les 20° dans la moitié Sud, puisque nous devrions repasser bien en dessous des normales de saison, avec des conditions dignes d'un début Mars. Au nord de la Loire, le thermomètre pourrait même avoir du mal à atteindre les 10°C au meilleur de la journée, dès mercredi.



Températures maximales prévues du lundi 24 au jeudi 27 avril 2017



Températures prévues pour Grenoble jusqu'au samesi 29 avril 2017


 


Contrairement à ces derniers jours, cette descente froide devrait s'accompagner d'humidité, et donc de giboulées ! De fréquentes averses qui, du fait de la présence d'air froid en altitude, devraient provoquer grésil, coups de tonnerre et parfois quelques flocons sous les grains les plus musclés. Mais qui dit fraicheur et humidité, dit présence de neige en montagne. En effet, cette limite pluie/neige devrait s'abaisser franchement sur l'ensemble des massifs, parfois jusqu'à très basse altitude.




Pour plus de précisions, n'oubliez pas de consulter nos bulletins détaillés, mis à jour quotidiennement >>> .


Publié le 25 avril 2017 @ 07:30

Chaleur record au Pakistan : jusqu'à 50°C



Passé l'équinoxe de printemps, le Sud-Ouest de l'Asie fait généralement face aux premières canicules de la saison chaude. Or, depuis une dizaine de jours, une vague de chaleur très intense et bien en avance sur le calendrier concerne l'Inde et surtout le Pakistan, atteignant des niveaux records (températures bien largement supérieures à 45°C), parfois 7 à 8° au dessus des normes habituelles pour une mi-avril.



Dépassant la barre des 45°C dès le début du mois, le Pakistan a fini par grimper les échelons pour atteindre la valeur exceptionnelle de 50.0°C ce jeudi 19 avril à Larkana. En plus d'établir un nouveau record mensuel national, cette valeur est désormais un nouveau record continental pour un mois d'Avril ! En effet, jamais la barre fatidique des 50°C n'avait été atteinte au cours du mois d'Avril sur le continent asiatique, la ville Pakistanaise de Chhor détenant jusqu'alors l'ancien record de 49.0° (1983).


Une température qui frôle même le record mondial pour un mois d'Avril, échouant à un petit degré de la ville de Santa Rosa (Mexique) et de ses 51.0°C en 2011. De nombreuses villes du pays ont également dépassé les 45°C, en établissant parfois de nouveaux records mensuels. Une situation similaire en Inde, où les températures n'avaient pas été aussi chaudes en cette période de l'année depuis la vague de chaleur de la mi-avril 2010.




Publié le 25 avril 2017 @ 07:30

Sécheresse : premiers gros incendies de la saison

De nombreux incendies se sont déclarés au cours des derniers jours dans le Grand Ouest, et plus principalement en Aquitaine. Ce ne sont pas moins de 19 départs de feu qui ont été recensés entre jeudi et vendredi sur le seul département de la Gironde.


Le plus gros foyer a ravagé près de 1100 hectares de pinède sur 4 communes du Médoc (Gironde) entre jeudi et vendredi : Cissac, Saint-Laurent-Médoc, Saint-Germain-d’Esteuil ainsi que Hourtin. Cet incendie est par ailleurs le plus important ayant concerné les Landes de Gascogne depuis 2002. D'importants moyens ont été mobilisés pour circonscrire ce feu, avec l'appui de 4 canadairs.



Panache de fumée près de Cissac-Médoc - jeudi 20 avril 2017 - G. Heymes


 




 


Par ciel dégagé, les panaches de fumée émis par ces incendies étaient nettement visible au sol à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde. Mais également sur les diverses images satellites ce jeudi, démontrant l'ampleur du sinistre.



Image satellite de la Gironde - jeudi 20 avril 2017 - Satellite Aqua / Modis


 


Le manque d'eau depuis plusieurs mois sur l'Ouest de la France n'est pas étranger à cette multiplication des incendies, le déficit pluviométrique important de ce mois d'Avril n'arrangeant aucunement la situation. La menace de sècheresse est grandissante, et les premiers arrêtés de restriction d'eau sont déjà en place (>>).


Facteur aggravant, les conditions atmosphériques de ces derniers jours étaient propices à ce risque avec la présence d'un vent continental (secteur Nord-Est) particulièrement sec : le taux d'humidité entre les journées de jeudi et vendredi a approché les records absolus, atteignant seulement 8% à Brive ou encore 12% à Bordeaux !



Taux d'humidité (en %) - vendredi 21 avril à 19h - Infoclimat


Publié le 23 avril 2017 @ 09:25
IMPORTANT : Ce site Web n'est pas la propriété ou partenaire direct de Météo France.
Les relevés présents sur le Réseau Météo Français sont issus de stations météo privées
et ne peuvent en aucun cas se substituer à la consultation des informations météorologiques d'organismes professionnels.